23.11.14

Publicité

Dimanche 23 novembre 3014

France 3 Alpes:

La Ville de Grenoble va se passer de l'affichage publicitaire.

Les socialistes montent au créneau:

"[Décision] frappée au sceau du sectarisme et de l'idéologie la plus rétrograde[!]"

Et si  c'est le totalitarisme de la publicité sans limite qui était rétrograde?

Lundi 24 novembre, dernières nouvelles : après avoir entendu il y a peu que les opposants aux grands projets inutiles étaient des 'djihadistes', apprends aujourd'hui (France culture ce midi, de la bouche d'un invité) que le maire de Grenoble est un 'intégriste'.
Pourtant,  quoi de plus ressemblant (si ce n'est plus pervers) à l'ex-propagande communiste que l'emprise mondiale du système publicitaire?
Lequel n'a plus rien à voir avec la communication directe légitime d'un artisan ou d'une petite entreprise produisant des biens matériels.

17.11.14

Satisfactions et inquiétudes

Mardi 17 novembre 2014
Challenges
 
En 2014, les 1.200 plus grandes entreprises de la planète devraient redistribuer sous forme de dividendes 1.190 milliards de dollars. Et l'année prochaine s'annonce encore plus faste.
C'est bien sur l'effet du redressement des comptes des entreprises après le choc de la crise des subprimes, en 2007-2008, qui avait fait plonger l'activité économique sur toute la planète et réduit significativement les profits des entreprises. Depuis, les grands groupes ont fait le ménage, et l'économie mondiale est repartie.
[...]
La France n'est pas mal classée dans ce tableau : cette année, elle a versé plus de 80 milliards d'euros de dividendes.
Mais c'est au prix d'un très gros effort, qui se fait au détriment de l'investissement.


Nieuwsblad.be

Belgische werknemer kost 41 euro per uur

 Zorgwekkend is dat we in de industrie het duurste land van de EU zijn geworden, met een loonkost van 42,7 euro per uur. In de dienstensector moet België enkel Denemarken laten voorgaan
[...] 
 =

L'employé belge coûte 41 euros de l'heure

Ce qui est inquiétant, c'est que nous sommes devenus le pays le plus cher de l'UE dans l'industrie, avec un coût de salaire 42,7 euros par heure. Ce n'est que dans le secteur des services que le Danemark l'emporte. 


Satisfactions : l'économie mondiale "repartie", et "l'année prochaine" qui "s'annonce encore plus faste". Si l'on concède faire "un très gros effort", c'est "au détriment des investissements".
Le "ménage" fait ne soulève aucune inquiétude. Les fermetures d'usines, les  licenciements et le chômage ne sont guère évoqués, quand bien même ils font le bonheur des uns. Quant aux autres, le problème c'est qu'ils coûtent toujours trop cher.
Les folies bancaires de la crise des subprimes n'ont jamais vraiment posé problème et la question des petites gens a été résolue une fois pour toute : leur subsistance dépend de la richesse des possédants et des puissants.
On constate pourtant régulièrement, jusqu'à preuve du contraire, que les ressources des plus démunis évoluent dans le sens contraire de la richesse des riches. Comme si la pauvreté et le besoin des uns étaient en fait l'humus du contenu des coffres-forts.